Numéro 2 - Janvier 2021

Éditorial

La rédaction du journal de Larmor & Baden présente ses meilleurs vœux aux habitantes et habitants de nos deux communes qui ont en partage un territoire naturel exceptionnel.

Le numéro 2 de Larmor et Baden s’inscrit dans une actualité brûlante, celle de l’île de Berder toujours convoitée par le parti de l’urbanisme et celle des élections départementales en juin prochain.

En effet, l’île de Berder est toujours la cible de la spéculation immobilière encouragée par les urbanistes improvisés de la municipalité de Larmor Baden.

Nous continuons à dénoncer bien sûr d’abord la duplicité du groupe Giboire qui persiste à présenter une demande de permis de construire pour un ensemble immobilier de 80 logements dont 20 appartements et 60 chambres pour un prétendu hôtel de luxe dont la rentabilité reste à démontrer : il s’agit manifestement de revendre ces 80 logements avec parking automobile individuel (97 places), le tout avec les encouragements de la municipalité de Larmor Baden.

Par ailleurs, le même groupe Giboire, appuyé par la mairie, prétend privatiser la Pêcherie, détourner le sentier côtier et l’interrompre au nord de l’île.

Avançant sur ce projet, le groupe Giboire n’hésite pas à occuper illégalement la Pêcherie sur le domaine maritime, ni même à présenter une demande de transformation du hangar de la Pêcherie en maison d’habitation.

Le deuxième sujet, ce sont les élections départementales en juin prochain avec la candidature de Denis Bertholom sur laquelle nous reviendrons dans les prochains numéros

En effet, cette candidature du Maire de Larmor Baden ne manque pas de surprendre au regard de son positionnement pour un urbanisme débridé et peu soucieux de l’environnement, ainsi qu’en raison de son soutien systématique au projet délétère du groupe Giboire à Berder.

Il faudra bien que Monsieur Bertholom nous explique :

1 - Pourquoi il refuse l’adhésion de la commune de Larmor Baden au Parc Naturel Regional dont Monsieur Lappartient est président.

2 - Pourquoi par 6 arrêtés successifs il a privé pendant près de trois mois la population du département de son droit d’accès à l’île de Berder sous un faux prétexte (la tempête Alex n’y a fait que très peu de dégâts et il a suffit d’une demi-journée aux services de la commune pour dégager le sentier côtier, aux frais des contribuables et pour le compte du groupe Giboire, seul responsable de ses arbres abattus par la tempête )

3 - Pourquoi il a réduit l’espace boisé classé de l’île de Berder de 70 % à 10 %, ouvrant la possibilité pour le Groupe Giboire de détruire 3600 m² de forêt pour y faire un parking ?

4- Pourquoi dans son PLU, il a réduit systématiquement les espaces boisés classés dans le périmètre de la commune ?

5 - Pourquoi il n’a pas réagi aux tentatives du Groupe Giboire de transformer les bâtiments de la Pêcherie en résidence et d’interrompre le sentier côtier au nord de l’île ?

.... Et bien d’autres questions auxquelles Monsieur Bertholom devra répondre s’il veut solliciter nos suffrages aux élections départementales.

La Rédaction

Qui êtes-vous donc M. Violo ?

Oui, qui êtes-vous ? Lorsqu’on surgit ainsi de nulle part dans le paysage larmorien la moindre des politesses est encore de se présenter. Mais vous ne vous en êtes pas embarrassé, vous contentant de déclarer dans la presse être « larmorien depuis des décennies ». Evidemment, puisque depuis des mois, les gens qui vous entourent (et vous forment) éructent que cet unique critère confère une légitimité à s’exprimer sur les dossiers du village, il fallait bien que vous commenciez par revendiquer un hypothétique enracinement sur la commune. Pour le reste nous n’en saurons donc pas davantage mais après tout, si l’on a débranché en haut lieu l’encombrant Christophe Guyomard pour vous introniser nouvel agitateur sur la commune, nous n’avons pas d’à priori et serions plutôt disposés à nous en réjouir. On jugera à l’usage. Reste que s’il s’agit de reprendre à votre compte sa petite rhétorique identitaire crasseuse, de verdir votre image à moindre frais et de nous ressasser, face caméra, des arguments éculés sur ce que vous considérez relever de la sauvegarde du patrimoine larmorien, je crains que vous connaissiez au final le même sort que votre illustre prédécesseur.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Le Collectif Berder Ensemble nous communique :
Le sentier de Berder est ENFIN OUVERT !!!

en date du 10 janvier 2021

Le chemin côtier de Berder est enfin ouvert, et le Maire de Larmor-Baden a été obligé d'annuler son arrêté qui en interdisait l'accès jusqu'au 29 janvier. Nous sommes heureux de cela, et nous remercions très chaleureusement tous ceux qui se sont mobilisés contre cette fermeture.

Merci au trois parlementaires, Hervé Pellois, Paul Molac, Joël Labbé, qui sont intervenus en ce sens auprès du Préfet du Morbihan, merci à toutes les associations qui se sont mobilisés, merci aussi au Préfet que nous avons sollicité également pour que ce chemin soit libéré et que le propriétaire, le groupe Giboire, dégage les branches et arbres qui obstruaient le passage.

Merci au Défenseur des Droits d’avoir pris en compte nos demandes.

Les Amis des Chemins de Ronde nous communiquent

Les amis des chemins de ronde, les amis du golfe du Morbihan, l’association qualité de vie à Larmor Baden et et la fédération des associations de protection du golfe du Morbihan ont engagé courant 2019 - 2020 une série de démarches et de recours concernant l’île de Berder, son accès public et la protection de son environnement.

Le sentier côtier

S’agissant en premier lieu du sentier côtier SPPL (Servitude de passage des piétons sur le littoral ou sentier côtier) les associations ont dans un premier temps mis en demeure le groupe Giboire de le rétablir au nord de l’ile dans sa continuité et de supprimer les obstacles et les panneaux disposés par le propriétaire aux fins de privatiser le secteur de la Pêcherie .

En l’absence de réaction, les associations ont engagé une action en référé auprès du tribunal civil de Vannes contre le groupe Giboire aux fins de l’entendre condamner au rétablissement de la continuité du sentier côtier au nord de l’île.