Numéro 13 - Décembre 2021

Éditorial

Triste fin d’année à Larmor Baden : Le maire LR de Larmor Baden Denis Bertholom et ses deux adjoints à l’urbanisme et aux travaux que sont Yannick Favé et Paul Alouette ne tirent aucune leçon de leurs échecs successifs :

Annulation de l’AFUL, abandon du projet d’hôtel de luxe à Berder, condamnation des extensions d’urbanisation, refus des opérateurs d’utiliser l’antenne monumentale édifiée par Tech Invest sans appel d’offres en milieu urbanisé et à proximité d’une école, etc …

Malgré un accident dramatique au passage submersible de l’île de Berder, la municipalité refuse obstinément de prendre les mesures de sécurité qui s’imposent au regard de la fréquentation de ce site remarquable. À Berder en effet, pas de signalisation adaptée, pas d’organisation du passage à marée haute, pas de caméra de surveillance…

À ce propos, des caméras de surveillance ont été installées dans Larmor Baden, à discrétion du maire, sans que l’on sache si elles sont censées protéger la mairie, l’antenne monumentale, la sécurité portuaire ou autre ? On ne sait pas davantage qui a accès aux enregistrements filmés et pourquoi faire : dresser des procès-verbaux comme le font certaines communes ? Surveiller les activités des administrés ? Protéger des sites sensibles ?

Opacité, quand tu nous tiens !

Aujourd’hui encore, Denis Bertholom , maire LR et ses adjoints se vantent d’avoir reçu des subventions importantes pour le Marais de Pen en Toul et pour le Port ! Il s’agit de la manne gouvernementale distribuée sans contrepartie à certaines collectivités réputées dociles à l’approche des élections.

En ce qui concerne le Marais de Pen en Toul, le paradoxe est que cette municipalité n’a cessé de vouloir le réduire en y implantant notamment des parkings automobiles dans les zones humides favorables à la biodiversité, en périphérie du Marais ou en y favorisant les extensions d’urbanisation illicites (Trevras, le Diben, Ker Éden notamment…). Comble de l’hypocrisie, le maire de Larmor Baden prétend mobiliser les citoyens de la commune pour dresser un inventaire de la biodiversité alors même qu’il continue à refuser son adhésion au Parc Naturel Régional (PNR) ! Alors qu’il n’exprime aucun regret d’avoir détruit inutilement plusieurs cyprès centenaires de la villa Ker Isol, abattu sous un prétexte mensonger 18 arbres dans la descente de Pen en Toul, grignoté les haies et talus protégés (mais non répertoriés au PLU), encouragé partout la destruction de la forêt au moyen d’un PLU scélérat…

Dans le secteur de la pointe de Pen en Toul, les habitants ont vu se multiplier les projets destructeurs de l’environnement : poubelles monumentales sur le terrain du Moulin, utilisation du même terrain comme d’une décharge municipale, implantation de containers poubelles démesurés sur un espace remarquable, implantation d’une antenne monumentale sur un énorme cube de béton, implantation d’un transformateur obstruant la vue en surplomb du marais, etc, etc.

En ce qui concerne le Port de Larmor Baden, le problème est à la fois l’opacité dans l’utilisation des fonds et la gabegie apparente dans les achats réalisés : multiplication des acquisitions d’embarcations hyper motorisées sans le moindre compte rendu de l’utilisation des précédents investissements ! L’absence totale de transparence et l’absence de débat en conseil municipal et conseil portuaire empêche de savoir s’il y a ou non détournement de fonds publics.

L’absence de transparence se pratique à tous les niveaux : ainsi, on a vu en conseil municipal le secrétaire de mairie se précipiter vers des citoyens pour leur arracher des mains un document de travail remis à la presse, et donc destiné au public !

Il s’agit d’une commune de 900 habitants certes ! Mais cela ne devrait pas dispenser le maire de la commune de respecter ses administrés même s’ils ne se comptent pas parmi ses affidés !

2022 sera-t-elle l’année de la protection de l’environnement de la commune et de la transparence ? Il est permis d’en douter !


Une Délégation de Berder Ensemble à la préfecture

Cher(e)s ami(e)s,

L'hôtel 4 étoiles que le groupe Giboire s'apprêtait à construire sur l'île de Berder ne se fera pas ! Avec toutes les associations de défense de l'environnement qui ont porté l'affaire devant les tribunaux, et avec vous tous, nous nous en réjouissons ! Maintenant, il s'agit d'aller plus loin et surtout de trouver pour l'île de Berder une nouvelle vie !

Tout le monde le sait désormais, l'île est un espace remarquable et il convient de la protéger et en même temps de la rendre accessible à tous pour que Berder vive pleinement ! L'État est garant du respect de cette préoccupation.

Berder Ensemble a obtenu une audience au préfet, sur 3 sujets :

- Est-ce que l'État va renouveler une Autorisation d'Occupation Temporaire pour le groupe Giboire à Berder,
- Que compte faire l'État pour obtenir l'entretien de l'accès sur l'île de Berder,
- Que compte faire l'État pour garantir le respect de toutes les protections qui concernent l'île de Berder.


L’association Berder Ensemble rassurée sur l’avenir de l’île

L’association Berder Ensemble a été reçue par le préfet du Morbihan pour évoquer l’avenir de l’île. Si elle n’est pas en vente, le représentant de l’État les a rassurés sur le maintien de l’accès à son sentier côtier et son intérêt à la création d’un projet alternatif.

Co-président du collectif de l’association Berder Ensemble, Marc Chapiro garde le sourire concernant l’avenir de l’île Berder dont il souhaite le rachat par une collectivité locale ou régionale.

Voir l'article de Ouest France ici

Sur l’île Berder, l'association entend maintenir son grain de sel

L'association de la Qualité de la Vie à Larmor Baden nous informe d'un article du Télégramme :

Après le jugement qui a conduit à l’abandon du projet hôtelier sur l’île Berder, à Larmor-Baden (56), l’association Berder Ensemble, reçue par le préfet, mardi à Vannes continue de phosphorer sur l’avenir de l’île.

« Des choses vont bouger. On regarde les logiques des uns et des autres et on pense que les horizons vont se dégager ». Les six membres du conseil d’administration de l'association Berder Ensemble sont ressortis plutôt confiants de l’entrevue qu’ils ont eue avec le préfet du Morbihan, le mardi 14 décembre à Vannes et l’ont fait savoir ce mercredi à l’occasion d’une conférence de presse. Un entretien avec le représentant de l’État qu’ils prennent comme une reconnaissance de leur statut de lanceurs d’alerte, validé, selon eux par le jugement du tribunal administratif qu’ils avaient saisi. La partie du Plan local d’urbanisme (PLU) portant sur l’île Berder avait été annulée en juillet. Le jugement avait entraîné l’abandon du projet de construction d’un hôtel de luxe, par le groupe Giboire.

Voir l'article du Télégramme ici

Projet hydrolien du Golfe du Morbihan

Un vaste projet est en cours de réalisation : la pose d'hydroliennes dans le courant du Golfe du Morbihan. Ce projet aura d'importantes conséquences environnementales sur le Golfe et un impact sur les utilisateurs et les plaisanciers.

Nous commençons ici à vous informer de ce projet, que nous suivrons au fur et à mesure de son déploiement. Vous trouverez ici un rapport de l'UNAN (Union des associations de Navigateurs du Morbihan) qui reprend une synthèse du projet et permet de s'en faire une idée.