Numéro 8 - Juillet 2021

Éditorial

Constater que le projet Giboire d’hôtel de luxe divise ne rend pas compte de la situation réelle à Larmor Baden et dans le département.

Aujourd’hui, la situation est la suivante : Denis Bertholom, Maire de Larmor Baden et conseiller général du Morbihan, a tenté de forcer l’urbanisation de Berder à la faveur du premier confinement en accordant au groupe Giboire le permis de construire d'un hôtel de luxe et d'une extension du bâti de 30 % avec parking automobile. Il a en outre autorisé Monsieur Giboire à transformer la façade de l’un des bâtiments de la pêcherie en vue d’y faire sa résidence. Il n’a pas levé le petit doigt pour rétablir le sentier côtier de Berder dans son intégralité.

De son côté, Monsieur Giboire a supprimé le sentier côtier au nord de l’île, occupé illégalement les bâtiments de la pêcherie, laissé malgré ses promesses la tour mauresque dépérir après son effondrement partiel, tenté vainement de commencer la déforestation de Berder.

Toutes ces décisions ont été contestées par 18 associations agréées, regroupées au sein de la Fédération FAPEGM. À ce jour, ni les avocats de la mairie, ni ceux de Monsieur Giboire n’ont répliqué huit mois après au mémoire des associations…

La contestation du PLU de Larmor Baden engagée par les mêmes associations et jugée prochainement pourrait porter un coup fatal au projet Giboire si l’on en croit les appréciations du rapporteur public à l’audience du 26 juin 2021.

Du point de vue des médias, un petit groupe identitaire sous la houlette de Monsieur Guillomard, conseiller municipal, s’est constitué en soutien du groupe Giboire. Il s’est transformé il y a quelques semaines en association dite « Larmor Baden durable » pilotée par le chef d’entreprise en retraite Pierre Violo et surnommée « Larmor béton durable », avec toujours pour objectif de soutenir le groupe Giboire, mais en l’élargissant au soutien de tous les chantiers de construction, fussent-ils situés sur des parcelles remarquables protégées par la loi et la jurisprudence, mais toujours au détriment de la biodiversité et de l’environnement.

Face à ce groupe identitaire s’est constituée une grande association de défense de l’ile de Berder, de ses accès et de sa destination publique, qui regroupe plus de 15.000 signataires et de nombreuses personnalités… Il s’agit bien sûr de BERDER ENSEMBLE dont l’écho porte bien au-delà du village, du département et même de la région.

Le tableau ne serait pas complet si l’on omettait de rappeler que la cour d’appel de Nantes et le conseil d’État ont mis fin au projet délétère de lotissement pour riches à Pen en Toul, en surplomb du Marais; que le même conseil d’État a mis fin au projet d’extension du camping de Ker Éden (Loi littoral); que l’extension du camping du Diben (Loi littoral) en zone sensible à été stoppée par le tribunal administratif.

D’autres décisions à caractère individuel, prises par le maire de Larmor Baden de façon apparemment discriminatoires, ont été sanctionnées par les juridictions administratives.

Devant cette situation d’impasse complète, la rédaction du Journal de Larmor&Baden appelle fortement à l’adhésion de la commune de Larmor Baden au Parc Naturel Régional (P.N.R.) et à la fusion des deux communes de Larmor Baden et de Baden, qui permettraient non seulement de réintroduire une école à Larmor Baden, mais aussi d’établir de la cohérence et de la justice en matière de construction.

La Rédaction


Reportage

Enterrement et résurrection de Larmor Baden

Le 26 juin 2021 à Larmor Baden, sous un ciel sombre et humide, un long cortège conduit par son grand prêtre Violo se dirigeait depuis la place du village vers le terrain du Moulin, à Pen en Toul, pour s’y livrer à un rite funéraire étrange et ésotérique.

Le grand chef de la "Secte Pierre Violo", connue à Larmor sous le sigle L.B.D. « Larmor béton durable », présidait la cérémonie :

Il fit référence aux prescriptions du grand Moufti Denis Bertholom, de son adjoint Paul Alouette, retraité de la SNCF et ancien poseur de rails, de son conseiller municipal Guyomar, et du Groupe Giboire béton durable.

Un étrange chant funèbre se fit entendre par bribes, reprises par les fidèles, armés de pancartes.

S’agissait-il de conjurer les algues vertes ? La pauvreté dans le Morbihan ? La disparition de 30 % des espèces d’oiseaux ? Le réchauffement climatique ? La montée des eaux ? La misère du monde ? La pollution CO2 ?

Que nenni !

En tendant l’oreille, on entendait :
« Larmor d’abord »… « Identité Larmorienne »…
« Larmor béton dura^a^a^a^ble »…« Complot »… « Minorité diabolique agissante »… «Tribunaux sous influence » …« Antennes 5G »… « Obstruction à l’hôtel de luxe à Berder »…
« Association même pas Larmorienne »….

Et puis le grand prêtre Violo, assisté de quelques fidèle de la secte, se livrait à un rite étrange consistant à déterrer un cercueil placé à cet endroit il y a 30 ans, mais depuis bousculé par de nombreux travaux.

Il y a 30 ans en effet le maire de l’époque Monsieur Beauchesne avait eu le courage, lui, de défiler en tête du cortège de protestation contre les décisions juridictionnelles constantes qui condamnaient son projet de lotissement à Pen en Toul .

La levée du cercueil représentant la mort de Larmor Baden il y a 30 ans signifiait, aux dires du grand prophète Violo, le début d’une ère nouvelle pour les jeunes de Larmor Baden guidés par leur prophète terrassant l’hydre écologique anti béton durable !

Et nous répétons avec le prophète : « Oui, Larmor Baden vivra ! »

Larmor Baden vivra grâce à ses paysages remarquables, à son marais préservé par le conservatoire du littoral, à son domaine maritime inaliénable, à sa grande biodiversité, à ses îles magnifiques parmi lesquelles celle de Berder et son sentier côtier, celle de Gavrinis et celle de l’île Longue échappant à l’avidité des bétonneurs de tous poils !

Et nous n’entendrons plus jamais à Larmor Baden le chant des corbeaux disant au milieu d’un paysage désolé et silencieux :

« ... on entendait voler un notaire ou un agent immobilier !»

La rédaction (ou François Crézé.)


Brèves ...

Quatre personnalités soutiennent l’île Berder à Larmor-Baden

Après le coup d’arrêt donné au projet d’hôtel de luxe à Berder, Jean-Louis Étienne, Irène Frain, Eugène Riguidel, Gilles Servat appellent « tous les acteurs publics » à « saisir cette extraordinaire opportunité ».

Jean-Louis Étienne, Irène Frain, Eugène Riguidel et Gilles Servat, présidents et présidente d’honneur de l’association Berder Ensemble ont écrit une lettre ouverte, suite à l’annulation, pour partie, du plan local d’urbanisme de Larmor-Baden, entraînant la fin du projet d’hôtel de luxe sur l’île Berder.

Parfois, ceux qui portent une voix plus forte que les autres, peuvent faire œuvre utile, et grâce aux associations qui se sont battues, grâce à tous ceux qui se sont exprimés lors de manifestations ou en signant les pétitions, ce projet est désormais abandonné par le promoteur Giboire » écrivent les quatre personnalités.

Voir ici l'article du Télégramme


Digue de Larmor-Baden : « On nous parle d’urgence absolue, mais le danger existait déjà il y a trois mois "

Mis en demeure par la préfecture de sécuriser au plus vite la digue de Pen en Toul, à Larmor-Baden, le Conservatoire du Littoral entreprendra les travaux du 19 au 30 juillet, bloquant le passage des touristes. Des commerçants s’insurgent.

Une urgence qui s’éternise

La digue est sous surveillance rapprochée depuis 2015. En avril dernier, l’ouvrage a fait l’objet d’une visite technique approfondie par le bureau d’études Artélia. Dans la foulée, la préfecture a pris un arrêté, le 29 avril, obligeant le conservatoire du littoral, propriétaire de la digue, à entreprendre des travaux de stabilisation. Cet arrêté est resté lettre morte. La préfecture est revenue à la charge le 8 juin (voir notre article), mettant en demeure le conservatoire du littoral de sécuriser l’ouvrage. Sous la contrainte, le conservatoire a finalement programmé les travaux fin juillet et prévenu la mairie la semaine dernière.

Voir l'article du Télégramme

Nouvelles révélations sur le PLU annulé

Nous savions déjà que le PLU de Larmor Baden avait été élaboré en étroite collaboration entre Denis Bertholom et ses adjoints chargés de l’urbanisme d’une part, et le groupe Giboire d’autre part, pour permettre la création d’un hôtel de luxe ou à défaut l’urbanisation de Berder, avec 20 appartements, 60 chambres et un parking de 97 véhicules, le tout pouvant être revendu avec profit par le groupe Giboire après division par lots en cas d’échec probable de l’hôtel.

Aujourd’hui, est reparu un document daté du 8 août 2017, adressé par le préfet du Morbihan au maire de Larmor Baden, intitulé « avis sur le PLU arrêté de Larmor Baden », qui détaille les conditions posées par le préfet à son avis favorable.

Voir le document ici

Or, Denis Bertholom et ses adjoints ont superbement ignoré toute les conditions posées par le préfet, ce qui rend l’avis du préfet réputé défavorable.

À la suite de cet avis défavorable, le PLU de Larmor Baden était entaché d’illégalité totale. Les responsables de la commune le savaient d’autant plus qu’ils n’ont eu de cesse d’occulter ce document auprès des associations et même de la commissaire enquêtrice.


TRIBUNE

Depuis quelques temps, quelques panneaux affichés chez certains commerçants proclament

« Trop de mensonges… Demandez la vérité aux Larmoriens . »

De quels mensonges s’agit-il ?

S’agit-il de ceux de Denis Bertholom qui fait abattre 18 arbres dans la descente de Pen en Toul sous un faux prétexte ?
Qui a fermé pendant plusieurs semaines l’accès à l’île de Berder sous un faux prétexte ?
Qui s’est présenté aux municipales comme un défenseur de l’environnement ?
Qui s’est présenté au départementales comme un disciple LR de Monsieur Lappartient, président du Parc Naturel Regional du Morbihan, alors qu’il refuse l’adhésion de sa commune au dit Parc ?

Qui impute la faillite de la commune aux frais d’une armée d’avocats qu’il est obligé d’enrôler pour soutenir des causes perdues d’avance ?

Alors même qu’il engage des dépenses somptuaires de 1,7 millions d’euros pour construire sa nouvelle mairie d’un village de 900 habitants qui devront la financer ?

Brèves ...

Le président du Département, David Lappartient : « Pas de tabou pour l’île Berder »

Au lendemain de l’annonce de la suspension du projet hôtelier du groupe Giboire sur l’île Berder (Morbihan), le président du conseil départemental du Morbihan, David Lappartient, a annoncé que ses élus regarderaient le dossier avec attention et sans tabou.

« Rien n’a été annoncé sur l’avenir de l’île, ni projet de vente, ni vente à la découpe. Nous suivrons ce dossier avec beaucoup d’attention. Il n’y a aucun tabou, mais c’est le propriétaire qui a la main car il s’agit d’une propriété privée », indique David Lappartient. L’élu souligne que si le Département peut se mettre aux côtés de l’État pour assurer l’entretien de l’accès à l’île ou de la servitude de passage, « elle ne fait pas partie du Parc naturel régional du Golfe et n’est pas concernée par un droit de préemption par le Département. »

Voir l'article complet de Ouest France ici


SÉCURISATION DE LA DIGUE DE PEN EN TOUL

Un nouvel article vient de paraître sur le site de la Qualité de la Vie à Larmor Baden. Il s'agit d'une mise en demeure de la préfecture à l'encontre du Conservatoire du Littoral, propriétaire et maître d'ouvrage de la digue de Pen en Toul. Nous reproduisons cet article ici.

Rappel : cette digue est un des deux seuls accès routiers à Larmor-Baden et c’est un ouvrage entière propriété inaliénable et imprescriptible du Conservatoire du Littoral.

C’est un point critique évident immédiatement vis à vis de la zone submersible à l’arrière, mais c’est aussi un verrou majeur pour les entrées sorties de la commune, dont il faut reconnaître une fois pour toutes qu’elle est de ce fait une presqu’île, et prendre en compte ce caractère pour toute option d’urbanisme et les activités associées avec une vraie perspective de développement durable.

Cette information était suffisamment importante, puisqu’elle concerne la vie de tous les jours, pour être diffusée par la mairie, au moins en séance publique du conseil municipal.

L’arrêté vise des mesures d’urgence dans l’attente de solution pérenne. Dans un délai de 7 à 15 jours, soit pour le 18 mai 2021, le conservatoire du littoral devait compléter ses travaux au niveau des vannes et déposer des documents et avis, au titre des articles 1, 2 et 3 de l’arrêté,

Aucune information à ce jour sur les conclusions.

Pour rappel, Denis Bertholom est représentant du département du Morbihan au Conseil de Rivages Bretagne Pays de la Loire du Conservatoire du Littoral !

Voir ici l'article en entier

Scoop ...

Dissolution de Larmor Baden Durable

Selon des sources bien informées, l’association Larmor Baden Durable aurait décidé de se dissoudre en prenant acte des décisions juridictionnelles annulant le PLU de Larmor Baden et interdisant l’urbanisation de Berder.

En effet, son président Pierre Violo, ancien chef d’entreprise à la tête d’un réseau de cimentiers parisiens soucieux de bétonner la Bretagne après la Côte d’Azur, aurait décidé de jeter l’éponge après la renonciation explicite du groupe Giboire à créer un hôtel de luxe à Berder.

Denis Bertholom, du rapport de force permanent aux jérémiades à la barre du tribunal.

Un article paru sur le site de l'AQVLB

Scène pour le moins cocasse ce vendredi 18 juin au Tribunal administratif de Rennes lorsqu’après deux heures au cours desquelles le rapporteur public s’est attaché à étriller point par point le PLU scélérat de la commune soigneusement élaboré par Denis Bertholom pour satisfaire, en affidé docile, aux caprices de son ami Michel Giboire, le Maire de Larmor-Baden, accablé dans son fauteuil, s’est soudainement permis une prise de parole du plus mauvais effet.

S’avançant péniblement à la barre il s’est alors fendu de quelques jérémiades, pleurnichant sur les malheurs que lui procurent la loi littorale, les espaces Natura 2000 et autres dispositifs de protection de l’environnement qu’il n’a cessé de piétiner en 13 ans de mandat. Denis Bertholom a l’art de se victimiser pour masquer ses propres défaillances. Une posture qu’il ne manque pas de servir à la clique d’identitaires larmoriens qui lui sert de base électorale mais dont on peut douter qu’elle suffise à amadouer les juges.

Brèves ...

Larmor Baden - Annulation partielle du PLU

Ce lundi 12 juillet, le tribunal administratif de Rennes a annulé le délibéré du 4 juin 2018 par lequel le conseil municipal de Larmor-Baden avait voté son Plan local d’urbanisme. Le recours auprès du tribunal était porté par la Fédération d’associations de protection de l’environnement du Golfe du Morbihan et l’association Qualité de vie à Larmor-Baden.

Berder « espace remarquable » : le tribunal relève de nombreux points, notant ainsi que « compte tenu de ses richesses écologiques, l’île de Berder doit être regardée comme un espace remarquable » (...). Et que « la seule présence de ces quelques constructions n’est pas de nature à ôter à l’ensemble du site de Berder son caractère remarquable, qui forme un espace insulaire cohérent dont aucun secteur ne peut être disjoint ».

Voir ici l'article paru sur le site de l'AQVLB